Cleangame fait le show à Nantes
(Photo ScoopDyga)

Cleangame fait le show à Nantes

Les semaines se suivent et se ressemblent pour l’entourage de CLEANGAME. Sept jours après avoir fait sien le premier temps fort du meeting d’hiver, le Prix des Cévennes, le champion de Jean-Michel Rancoule et Jean-Pascal Bragato a fait le show en s’imposant, ce mercredi (6 novembre), dans la 12ème étape du Grand National du Trot. Seul à s’élancer au troisième échelon de départ, le fils d’Ouragan de Celland a comblé progressivement son handicap, dans une course très rythmée, puis, venu dans le dernier tournant à la hauteur d’un Cocktail Desbois offensif, s’est rendu maître de son rival pour finir, beaucoup plus facilement que ne l’indique l’écart à l’arrivée entre ces deux trotteurs. Verdict du chronomètre pour le lauréat du jour : 1’11″2 sur le parcours des 3 050 mètres ! Soit tout simplement le nouveau record de la piste de Nantes. A son retour aux balances, Jean-Michel Bazire était une nouvelle fois sous le charme de son protégé, au micro du journaliste de la chaîne Equidia : « Excepté une portion effectuée sur le pied de 1’15 environ, j’ai été pratiquement toute la route sur le pied de 1’10. J’étais en total confiance. Plus j’avançais dans la course, plus j’avais de ‘’gaz’’. Quand je suis entré dans le dernier tournant, j’étais sûr que j’allais m’imposer. J’aurais pu la gagner de 10 mètres si j’avais voulu. J’étais au petit trot pour finir. Cela prouve une nouvelle fois que les trotteurs d’origines françaises, quand ils sont bons, ils vieillissent superbement bien. Si un jour il manque des partants dans les courses, on pourrait rallonger la limite d’âge car s’ils ne sont pas tout neufs, ces sujets ne sont vraiment pas usés. » Avec cette victoire (la 30ème de sa carrière pour un capital gains de 1 130 000 €), Cleangame s’ouvre désormais les portes de la Finale du GNT prévue le 1er décembre prochain. Un objectif qui devrait être largement à sa portée. En tout cas, que de chemin parcouru depuis la vente de ce Cleangame, le 3 octobre 2013, sur le ring caennais, alors que ce jeune sujet élevé par le manchois Alain Beaumont n’était encore que yearling.

Fermer le menu