Corail d’Aure exact au rendez-vous pour sa rentrée
Corail d'Aure a enregistré un 17e succès mercredi (Photo Scoop Dyga)

Corail d’Aure exact au rendez-vous pour sa rentrée

Absent des pistes depuis le 18 décembre, CORAIL D’AURE effectuait, lundi (9 mars), son retour à la compétition sur l’hippodrome de Bordeaux. Son jockey attitré, Alexandre Abrivard, n’avait pas caché sa confiance avant l’épreuve : « Le cheval effectue certes sa rentrée mais il a du travail derrière lui. Il faudra assurer le départ mais, en valeur intrinsèque, c’est pour moi le meilleur du lot ». Si le fils de Cygnus d’Odyssée donne quelques frayeurs à ses nombreux preneurs et à son entourage en commettant une légère incartade peu après le départ, il retombe vite sur la bonne jambe. Puis, venu assez tôt en tête, il contrôle à sa guise les opérations et s’impose comme à la parade, succédant au palmarès de cette course à un certain… Carly. Une seizième victoire dans la carrière de ce puissant trotteur dont les gains dépassent désormais les 370 000 euros. Acquis sur la place caennaise pour 23 000 euros, ce sujet élevé par la famille Delarue et défendant la casaque de Michel Gallier pourrait pourquoi pas être revu désormais dans le Prix Théophile Lallouet, un Groupe II qui se disputera le 4 avril prochain.
Ce lundi, c’est également sur la cendrée bordelaise que FEELING DE SOMOZA a brillé. Déjà victorieux au niveau Premium il y a un peu plus d’un mois à Châteaubriant, le fils d’Opus Viervil s’est montré particulièrement accrocheur pour mener sa tâche à bien, faisant dire à son pilote du jour, Éric Raffin : « C’est un petit cheval dur qui ne rechigne pas au travail. » Ayant débuté tardivement en compétition, en juin dernier seulement, cet élève de Damien Marsault se recommande aujourd’hui de cinq succès et quatre accessits en seize sorties. Un joli pourcentage de réussite sur le podium pour ce sujet élevé par Laurence Curti qui s’était négocié à 2 000 euros sur le ring caennais en 2016.

Fermer le menu