Michel Casrouge, l’éleveur d’Ursulo de Crouay, nous a quittés
Ursulo de Crouay, le crack élevé par le regretté Michel Casrouge

Michel Casrouge, l’éleveur d’Ursulo de Crouay, nous a quittés

Fidèle vendeur de foals sur le ring caennais, où trois de ses élèves sont d’ailleurs encore montés mercredi dernier 16 octobre, Michel Casrouge, naisseur du crack Ursulo de Crouay, est décédé. Le lendemain de la dernière journée des vacations 2019. Hommage.

À la fin des années 70, notre sport est en plein essor et, comme tant d’autres, Michel Casrouge, boulanger à Crouay, se prend de passion pour le trotteur. À Léonce Pierre, l’une de ses connaissances dans le milieu, il achète une certaine Jamylène de Blay, petite jument bien faite comme il les aime et de plus véhiculant des gènes « Olry » qu’il apprécie, en l’occurrence ceux de Valeuil, étalon apparenté au phénomène Jamin. Le sixième sujet que la poulinière engendrera, d’ailleurs le dernier pour le compte de notre homme, sera baptisé Ursulo de Crouay. À l’âge de six mois, lors de la première édition des Ventes de Caen mises sur pied par la toute jeune Association des Éleveurs Normands, le poulain, qui comme tous ses compagnons de pré, a vu sa ration journalière complétée de baguettes invendues, est cédé… «  pour une bouchée de pain » (6 000 F). Son acquéreur, Michel Lemoine, au vu des moyens précocément dévoilés par le fils de Mivus, le confiera à Joël Hallais. Sous la coupe du réputé entraîneur ornais, il se révélera comme un éclectique crack, enlevant sept Groupes I et douze Groupes II et amassant plus de 1,7 million d’euros ! Une sacrée publicité pour le rendez-vous commercial où l’élevage managé par le Calvadosien et les siens n’a depuis cessé de présenter des poulains. Et notamment la production de Montgolfière, achetée à l’âge de 2 ans par notre homme qui, en véritable éleveur, avait de la suite dans les idées. Pour preuve, cette fille d’Effiat, sire également issu de l’élevage « Olry », appartient à la même fameuse famille maternelle des « Grandchamp » que « Ursulo ». Louée à Louis Fontes de Aguiar, elle s’éleva brillamment au niveau semi-classique avant d’entamer une belle seconde carrière. Et ses descendants, dont le capital-gains global a atteint 645 000 euros, ont été régulièrement présentés sur la place caennaise, avec parmi eux un top price réalisé chez les foals de sa promotion par le futur bon performeur Athos de Crouay, acquis 110 000 francs. Acteur marquant des ventes organisées à la Prairie, Michel Casrouge méritait bien un hommage sur notre site.   

Fermer le menu